Posts Taggés ‘social business’

… Ou presque :

Le beau c’est facile ! Ce qui est difficile c’est le brut.

Lina Bo Bardi, architecte.

Le superflu coûte cher et le nécessaire coûte peu. Voilà pourquoi nos sacs sont conçus pour être vendus au prix le plus juste : le juste prix.

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter.

Marque/nom du sac : Gérard Darel – Midday Midnight « 36 hour ». Pourquoi avoir choisi ce sac aujourd’hui ? Je devais prendre mon MacBook avec moi ce matin pour le déposer en magasin, et je devais ensuite retrouver des amis. La forme du sac et la souplesse de son cuir font l’effet d’un trompe l’œil. J’étais chargée et cela ne se voyait pas du tout. Il n’est pas encombrant et se porte très bien sur l’épaule, même lorsque, comme aujourd’hui, il est bien rempli, grâce à sa anse qui est large. Que représente-t-il pour toi ? Mon sac, c’est mon kit de survie. Lorsque je sors en général, je ne rentre pas avant le soir donc j’emporte toujours plein de choses avec moi dans mon sac. Mais un sac, c’est comme un bijou : il doit être beau et se voir sans non plus être énorme et trop m’as-tu-vu. Je ne suis pas adepte du ton sur ton. Ce sac est mon préféré parce qu’il est pratique, confortable… Et violet ! (ma couleur préférée) Les trois indispensables dans votre sac : Le chargeur de mon iPhone, ma Ventoline, mon porte-cartes.

 

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter.

… Ou presque :

Le plus mauvais tour que la providence puisse jouer à quelqu’un qui a du génie est de la mettre dans la dépendance d’un sot.

Giacomo Casanova, curé, joueur, voyageur, militaire, négociant, et bien plus encore.

Cette phrase illustre assez bien notre distance vis à vis de certains investisseurs ou associés dormants qui abusent de la confiance et de la dépendance de jeunes entrepreneurs pour se comporter comme de véritables usuriers. Une pensée pour celles et ceux qui ont été ou sont encore floués, abusés par nos amis des fonds.

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter.

Parmi les caractéristiques du Babelbag, on trouve le changement chaque mois de sa couleur et/ou matière. Pour le prochain, celui de décembre, les agrumes sont à l’honneur ! On va tenter de répondre à vos demandes en vous proposant un Babelbag Mandarine ou Citron. Les cuirs sont du veau lisse, léger et toujours d’excellente qualité.

Veau lisse pleine fleur mandarine

Veau lisse pleine fleur citron

 

Alors, Orange ou Citron ? Votez pour celui qui vous plaît !

Ce premier Babeltravel au Maroc s’est achevé de manière positive ! Pourtant, quelques événements ont fait qu’il aurait pu mal se terminer. On croit toujours qu’il est aisé de mener un projet quel qu’il soit. On croit aussi que créer un produit, une collection, est un jeu d’enfant. Détrompez-vous, il faut bosser, beaucoup bosser, et surtout trouver les bons interlocuteurs.

J’ai pu vous parler dans le précédent billet d’un premier atelier plein de promesses. Malheureusement, les apparences sont souvent trompeuses ! Sans entrer dans les détails, le séjour qui devait durer 8 jours s’est transformé en voyage de 16 jours. Heureusement que même les pires situations peuvent bien se terminer. Premier rendez-vous et déjà premiers résultats probants avec une entreprise familiale au professionnalisme et au savoir-faire assez rares.

Vous aviez choisi les cuirs noir et camel pour les premiers prototypes Babelbag en cuir, les voici donc. Il manque encore quelques éléments dont la griffe, quelques modifications ont été apportées pour la production en court du modèle définitif, mais vous pouvez déjà savoir qu’un Babelbag en cuir confectionné à la main dans un atelier artisanal, ça donne ça :

 

 

Question : à quel prix pensez-vous pouvoir vendre au grand public le Babelbag ? Sachant qu’en terme de matériaux, finitions et fournitures, il a des caractéristiques (cuir, taille, façon, etc.) proches des modèles exposés ci-dessous.

Après vos réflexions sur le prix psychologique de vente au public du Babelbag, nous reviendrons vers vous avec des informations sur les coûts globaux et établirons un juste prix (cf. Saint Thomas d’Aquin, et non Philippe Risoli héhé !). Donnez-nous vos idées et surtout, argumentez !

* * * * * * * * * *

Quelques précisions suite à certains commentaires et mails reçus

Avec ce billet, il s’agit de définir le prix que votre future cliente sera prête à mettre pour s’offrir le sac. Nous sommes plus dans une dimension psychologique, culturelle que financière. Nous ferons en sorte que tous les coûts de revient rentrent dans nos coûts cibles. Mais avant, nous devons commencer par la fin et notre cliente. Le bon produit qui répond au(x) bon(s) besoin(s) au juste prix ! SVP, oubliez les réflexes H&M, ZARA et les marchés, et comparez ce qui est comparable. Nous n’avons pas sillonné l’Italie, le Maroc, la France pour entendre dire « au marché, ils sont à 30 € ». Les ateliers que nous avons sélectionné travaillent depuis plusieurs années avec des marques reconnues et à ce titre, nous bénéficions du même savoir-faire. La différence se fait dans la direction artistique, le marketing, la communication, la distribution. Et rappelez vous du projet :

Un sac pensé par une communauté de femmes Le bouche à oreille comme promotion La main à la main comme distribution

Dans Babelbag, il y a Babel. Il a été question depuis le début de proposer un produit universel qui dépassent les barrières linguistiques sur le web et les frontières sur le terrain ! C’est pour ça qu’après le premier Babelbag en coton/lin conçu en France, je me suis rendue au Maroc pour voir s’il était possible de fabriquer un joli Babelbag en cuir. Un Babelbag par pays, selon le savoir-faire local, c’est une idée géniale non ? Tel est notre dessein !

Après avoir visité quelques ateliers, j’ai pu grâce à de formidables amies en trouver un petit, artisanal, au savoir faire assez bluffant. Pour la petite histoire, le gérant est fils de maroquinier. Son père était l’apprenti d’un Italien installé à Casablanca il y aplus d’un siècle. Petit, il accompagnait son père au travail et a fini lui aussi par épouser le métier.

Ils sont trois artisans à travailler pour lui, dans une ambiance très familiale, avec une technique tout à fait remarquable et dans des conditions très modestes. Leur savoir-faire doit être dévoilé au grand jour. Vous verrez très vite, il vaut beaucoup plus que celui des grandes maroquiniers de luxe !

Avec ce premier atelier, nous souhaitons créer deux prototypes. Je vous propose de choisir parmi ces six carrés de cuir les deux coloris qui vous inspirent le plus.

Le #1  est gris clair #2, #3 et #4 sont des cuirs plutôt naturels/camels #5 et #6 sont foncés (#5 est noir, #6 marron chocolat)

Ils sont tous souples et très beaux, mais il faut faire un choix ! Alors, vos deux préférés ?

La campagne présidentielle prenant bientôt fin, j’aimerais attirer votre attention sur l’importance d’avoir un projet personnel. Un pays qui n’a pas de projet est un pays qui se meurt. Il en est de même pour les femmes et les hommes. Aussi fou soit-il, l’important est qu’il vous mobilise et que vous montriez au monde sa grandeur… ou sa petitesse.

Avez-vous des amis ? Avez-vous des projets ? J’entends par projet une oeuvre ambitieuse, une vision a concrétiser, et non ce que nous avons en commun avec tous les mammifères (avoir des enfants, construire une maison…). Magellan a cherché une nouvelle voie pour positionner le Portugal au centre des axes stratégiques du commerce mondial. Tout a commencé avec une histoire d’épices, pour finir avec le premier tour du monde de l’Histoire. Autre grande figure, le marquis de Vauban. Ce génie hyperactif n’a pas cessé de mettre son talent au service de l’utilité publique. Avec son Projet de Dîme royale, il proposait  « l’instauration d’un impôt sur le revenu unique et proportionnel au revenu des individus ». Autant dire les prémices d’une justice sociale. Casanova, savant et religieux dont la vie n’a été que d’éternels défis, a inventé la loterie nationale pour renflouer les caisses du trésor français. Nous, nous lançons Babelbag, un outil qui doit permettre a chacune d’exprimer son potentiel créatif, d’interagir sur sa situation économique, de s’enrichir, de rencontrer des personnes car la vente est un merveilleux prétexte à l’échange.

Vous comprendrez donc ma stupeur quand je constate que le seul fait d’opposer des Français à d’autres Français suffise à constituer un programme politique pour les uns, créer la convoitise pour les autres, à ne pas s’y opposer pour certains et continuer à palabrer pour tous les autres. Je n’ai rien contre ces idées, je me suis habitué au bruit ambiant, je vis avec depuis mes 10 ans. Cet effet Mamadou/Moustafa qui consiste a créer une corrélation directe ou indirecte entre les malheurs et la responsabilité ou l’implication d’un immigré me fait dire qu’à force de subir ces préjugés, les victimes de ces préjugés vont bien finir par ce comporter en fonction du préjugé… Et il n’y aura pas de résolution du problème pour autant !

Nous pourrions si nous le voulions (avant d’y être contraint) émigrer et créer une Nouvelle-France (il y a bien la Nouvelle-Angleterre, la Nouvelle-Orléans, la Nouvelle-Calédonie…). Nous pourrions trouver un endroit (une île à vendre, une territoire déserté, un village abandonné) qui pourrait accueillir cette communauté de Nouveaux Français puisque si vous ne nous aimez pas, on vous quittera. Je suis très sérieux ! Tout cela pour vous dire que vous êtes ce que vous projetez.

Avez-vous donc un projet qui vous tienne à coeur ? Quel est-il ? Outre, bien entendu, celui de vous investir corps et âme dans Babelbag…

N.B : n’hésitez pas à lire Magellan par Stefan Zweig, probablement un des meilleurs ouvrages sur la conduite de projet. Et surtout, suivez-nous : sur Facebook Babelbag, sur Twitter @babelbag.

Nous revoilà sur le blog et pour de bon la compagnie ! Ces derniers temps, il a fallu encore beaucoup travailler sur le produit car rien n’est acquis (ateliers, prix, matières…). Cela fera l’objet de billets que nous publierons la semaine prochaine. Il a également fallu se pencher sur la com, les partenariats utiles, la distribution, et bien sûr la e-boutique et le nouveau blog, les outils techniques et les contenus nécessaires pour que l’on puisse travailler en ligne dans la joie et l’efficience !

Aujourd’hui, on se concentre toutes (et tous !) sur la e-boutique. Qui dit nouvelle marque, dit nouveau nom de domaine. Vous la retrouverez donc à l’adresse suivante. L’accès étant restreint pour l’instant, vous aurez besoin de l’identifiant et du mot de passe suivant :

http://www.babelbag.com Identifiant : babelbag Password : babelbag2020

Alors à vos claviers, donnez-nous votre avis ! Vous trouverez des photos d’un des prototypes et des indications prix qui ne sont pas du tout définitives. Ce qu’il nous faut vraiment ? Vos impressions générales sur la navigation, la clarté des contenus et des explications, la compréhension du concept, les informations manquantes, l’ergonomie… Bref, des remarques qui nous permettront d’étoffer la Foire aux Questions. Alors, qu’est-ce que vous en pensez ?

Suivez-nous : sur Facebook Babelbag, sur Twitter @babelbag

Au commencement était le bag, notre bag. Un bag qui aspire à avoir une pleine place dans la vie de la femme et être le prolongement de son corps ! À quoi serviraient sa main, son bras et son épaule si ce n’est à le porter ?

Que notre bag soit car le sac fut : qu’il puisse bouleverser les destins de personnes qui ne se connaissent pas, ne parlent pas la même langue, ne vivent sur des continents différents. Qu’il soit un prétexte à l’échange sous toutes ses formes.

Que notre bag évolue dans un monde qui change : que son ADN reste la même tandis que sa parure varie au gré des saisons.

Que notre bag est un nom : nous l’appellerons BABELBAG. BABEL BAG pour certains, BAB EL BAG pour d’autres, l’essentiel étant que chacun y voit une tour pour s’élever au dessus de l’exclusion et de la solitude, une porte ouverte vers l’indépendance économique et la liberté

Qu’un sentiment nouveau nous porte : unissons-nous afin de faire de belles choses, en croyant à la petitesse de nos moyens, la noblesse de nos intentions et la grandeur de nos résultats.

Ainsi parlera désormais la communauté BABELBAG. Ainsi commence l’an 1, celui qui marque la première année de l’ère BABELBAG !

Suivez-nous : sur Facebook Babelbag, sur Twitter @babelbag

Nous revoilà ! Nous sommes toujours en vie, nous avons juste passé tout notre temps à faire avancer le projet, et je peux dire qu’on y arrive. Nous ? C’est moi (c’est mal poli je sais) et Redha. Qui donc ? Bientôt la réponse, celles et ceux qui ont participé aux brunchs le connaissent déjà. Le produit, la distribution, la communication, les partenariats, des tâches auxquelles nous nous sommes attelées avec votre aide car tous les jours, nous recevons des dizaines de mails qui répondent à l’appel à compétences lancé il y a un petit moment déjà, et qui demandent quand et comment il sera possible de passer commande. Bientôt les friends, très bientôt. Les choses se mettent en place doucement mais sûrement !

Revenons-en au produit. Vous vous souvenez des différents BAGs et croquis que nous avons soumis au vote, votre vote ? C’était le BAG rectangulaire vertical qui avait été retenu.

Il a été envoyé à un atelier de confection qui a trouvé grâce à nos yeux, après de longues recherches et rencontres… dans toute la France. Oui, en France !! Bayrou, Sarkozy, Hollande en ont rêvé, nous l’avons fait ! Après une quarantaine d’essais et de prototypes réalisés, de multiples contraintes liées à la technique, à l’ergonomie et aux coûts sont apparues, et nous avons fait évoluer la forme vers un rendu répondant à nos attentes de confort et de style.  Et cette fois-ci, c’est ÉNORME ! Le résultat ? Un BAG beau, classe et original ; de belles courbes, un design sobre, élégant, moderne :

Qui dit projet participatif dit… votre avis, votre empreinte ! Déjà, que pensez-vous du BAG ? (rassurez-vous, le prochain billet sera consacré à le baptiser avec un nom qui déchire tout). Dans une semaine, nous publierons une photo du prototype sorti d’usine mais avant cela, où pensez-vous qu’il faille mettre le logo ? Regardez les croquis et les différents emplacements, et dites-nous A, B, C ou D ; les types d’impression et dites-nous 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 et 8.

X